test

Comment protéger ce qui compte vraiment lorsque vous ne serez plus là

Prof. Manu Keirse est spécialisé dans l’accompagnement des patients, le travail de deuil et les soins palliatifs.

S’il est bien un objectif que chacun devrait poursuivre au cours de son existence, c’est de n’avoir ni regret ni remords, de partir en sachant que chaque aubaine a été saisie, que chaque choix a été le bon. Mais comment réussir ce parcours sans faute ? « Vous devez appendre à vivre en sachant que vous finirez un jour par vous en aller », explique le professeur
Keirse.

Une technique simple pour faire régulièrement le point sur votre vie et sur le chemin que vous êtes en train de parcourir consiste à vous imaginer à vos obsèques. Qu’aimeriez- vous entendre ? Que souhaiteriez- vous que vos proches disent de votre vie ? Vous vous ferez ainsi une idée claire de vos priorités, de ce qui compte vraiment pour vous et continuera à compter pour vos proches une fois que vous ne serez plus à leurs côtés. Peut-être s’agit-il là de l’essence même de la succession...

Nous n’avons que peu d’expérience de la mort

Les enfants apprennent en observant et en imitant. Au siècle dernier, nous étions dès notre plus jeune âge confrontés à des adultes qui faisaient face au deuil et à la perte d’un être cher. La mort et tout ce qui l’entoure faisaient partie de la vie.

Désormais, nous vivons plus longtemps et sommes moins habitués à la mort. Le fossé qui sépare la vie de la mort est plus profond, ce qui fait que nous ne considérons presque plus ce « grand voyage » comme une étape de l’existence. Nous oublions parfois qu’elle est inéluctable et sommes dès lors plus angoissés à l’idée que nous disparaîtrons un jour de cette terre. Résultat : nous ne pensons pas suffisamment tôt à préparer notre succession afin qu’elle se déroule conformément à nos souhaits.

Le respect de ce qui vous importe

Une vie est une succession de choix et de prises de position auxquels s’ajoutent des décisions, des expériences et une vision personnelle. Ne souhaitez-vous pas que tout ce qui vous tenait à coeur de votre vivant vous vaille le respect des autres, même après votre mort ? Vient hélas un moment où vous n’êtes plus en mesure de dire ce que vous pensez ou ressentez.

Mieux vaut donc rédiger vos dernières volontés lorsque vous êtes encore en pleine possession de vos moyens. Vous resterez ainsi maître des choses que vous estimez importantes.

Personne ne meurt deux fois : mieux vaut donc tout bien régler dès le départ

Décrivez votre vision avant votre départ

Qui sont les personnes les plus importantes dans votre vie ? Quelles expériences aimeriez-vous partager avec elles ? Qu’aimez-vous ? Que n’aimez-vous pas ? Quelles sont vos activités préférées ? Quels espoirs nourrissez-vous ? De quoi avez-vous peur ? À quel moment avez-vous été le plus fidèle à vos valeurs ? Quel souvenir aimeriez-vous laisser aux autres ? « Couchez tout cela sur papier », poursuit le professeur Keirse. « Si vous expliquez ce que vous trouvez important, les membres de votre famille disposeront alors d’un document historique d’une grande valeur. »

Le tabou qui entoure la mort s’explique par l’angoisse qu’elle suscite. Mais c’est normal. Vous avez toujours un peu peur à l’idée de vivre une nouvelle expérience. Et vu que personne ne meurt deux fois, nous sommes tous novices face à la mort. Il s’agit pourtant d’un sujet qu’il est préférable d’aborder suffisamment tôt.

Le fait d’exprimer plus rapidement ses sentiments, ses opinions et ses décisions améliore la qualité de nos relations. « N’allez par exemple jamais vous coucher avant d’avoir réglé vos problèmes ; vous ne savez en effet jamais si cette personne se réveillera le lendemain », insiste le professeur Keirse. Celles et ceux qui ont conscience de cette réalité ont de meilleurs contacts avec les autres. Votre attitude est tout autre une fois que vous vous rendez compte tout est éphémère: l’Homme comme la matière. Ce qui n’empêche pas qu’il est préférable de veiller à tout régler de votre vivant.

L’héritage émotionnel est tout aussi important

Lorsqu’une personne disparaît sans avoir préparé son départ, des tensions naissent souvent entre les héritiers. Heureusement, vous éviterez bien des conflits en réglant tout à l’avance avec les personnes concernées. Cette discussion n’est pas uniquement importante d’un point de vue financier. Elle l’est tout autant pour l’aspect affectif de vos relations. Les disputes ne concernent souvent pas le volet matériel de la succession, mais un héritage plus sentimental. Osez en discuter, y compris avec les personnes qui vous conseillent. Vous simplifierez ainsi grandement les choses.


Nous voulons désormais profiter de la vie

 

Le fait de vivre en société a entraîné un allongement de l’espérance de vie. C’est le bon côté de notre système de soins de santé. Le professeur Keirse préfère dès lors éviter le terme « vieillissement de la population », qu’il juge trop connoté négativement. Mais tout n’est pas parfait pour autant... « Si nous renoncions à tous ces traitements médicaux inutiles et utilisions cet argent pour investir dans les soins aux personnes âgées, notre système deviendrait vraiment abordable », affirme Manu Keirse. « Bon nombre de ces traitements sont pratiqués parce que nous ne parvenons plus à nous faire à l’idée que la mort est inéluctable. »

La récompense ne nous attend plus dans l’au-delà, mais s’obtient dans le moment present

Nous voulons désormais profiter de la vie, et non de l’au-delà. La science a énormément évolué. Grâce aux progrès de la médecine, souffrir est devenu inutile.

Auparavant, il était souvent impossible de calmer la douleur ou de soigner un patient. C’est ce qui explique que la religion a joué un certain rôle à cet égard et a donné un sens à la souffrance. « Dans les années 20, la famille d’un médecin priait encore Dieu pour qu’il protège les enfants contre la diphtérie. Personne ne pensait à prier pour que des médecins trouvent un médicament contre ce fléau, car à l’époque, la médecine ne soignait que peu de maladies », poursuit le professeur Keirse.

Il n’y aurait pas de tristesse sans amour

Malgré toutes nos différences, un point commun nous unit : nous sommes tous égaux devant la mort. Notre travail de deuil est lui aussi universel. Tout le monde passe par les quatre mêmes étapes. Vous devez premièrement accepter la perte de l’être cher.


La mort et la vie sont indissociables


Vous ressentez ensuite la douleur que suscite sa disparition. Vous devez après cela vous adapter et vous habituer à vivre sans lui. Enfin, vous entretenez son souvenir et apprenez à profiter à nouveau de la vie.

Partout dans le monde, ce cheminement est identique. Seule la manière de l’exprimer varie selon les cultures. Mais nous sommes unis par le même sentiment. La mort et la vie sont indissociables, au même titre que la tristesse et le bonheur. La tristesse est un beau sentiment, car c’est l’amour qui la fait naître.

Dossier de preparation

Bien que vos proches souhaitent respecter votre volonté, ils ne savent toutefois pas toujours bien comment s’y prendre. Manu Keirse vous propose de constituer un dossier de préparation, dans lequel vous rassemblez une série de documents importants. Vous éviterez ainsi à vos proches de longues et douloureuses recherches.

Voici quelques points à aborder de préférence :

 

Déclaration médicale
un document qui indique quels sont les traitements médicaux que vous souhaitez ou non suivre en cas de maladie.

Liste d’adresses
la liste des personnes à informer de votre décès. Tenez à jour un document reprenant les noms, les adresses, les numéros de téléphone, les adresses e-mail de vos contacts.

Affaires bancaires
établissez la liste des différentes institutions bancaires dont vous êtes client. Notez également les numéros de vos comptes et cartes de crédit.

Clubs, cotisations et abonnements
pour éviter de continuer inutilement à payer, dressez la liste des organismes et associations dont vous êtes membre.

Voiture
si vous n’utilisez plus votre voiture à un âge avancé, veillez à ce que les différents documents ne soient plus à votre nom.

Présence en ligne
préparez, à l’intention de votre famille, une liste des plateformes en ligne sur lesquelles vous êtes actif. Ne sauvegardez pas vos identifiants et mots de passe sur votre ordinateur, mais sur une feuille de papier.

mercredi 19 juillet 2017