test

« Contre le stress, une seule arme : l’équilibre.

A chaque époque ses grands maux. Le stress fait certainement partie du top trois des maladies des temps modernes. Les indépendants y sont particulièrement exposés.

Dirk Wouters, CEO de la Banque J.Van Breda & C° et Luc Swinnen, spécialiste belge du stress, sont chacun dans leur domaine confrontés au stress des professions libérales. Ils parlent d’une seule voix : l’équilibre est la clé de la lutte contre le stress. De quel équilibre parle-t-on ? Et si cet équilibre venait à manquer ? Les deux hommes se sont lancés pour nous dans un dialogue passionnant. Pourquoi sommes-nous plus que jamais confrontés au stress ? Pour le docteur Luc Swinnen, la réponse à cette question est simple : le monde dans lequel nous vivons est en perpétuelle mutation. On l’appelle le monde VUCA.

Bien plus de stress qu’il y a 30 ans

Luc Swinnen : « Le changement, l’incertitude, la complexité augmentent sans cesse. Plus rien n’est destiné à durer toute une vie. Un mariage sur trois échoue. Dans le monde entrepreneurial aussi, l’incertitude fait loi. Qui reste encore cinq ans dans la même entreprise ? Cette instabilité est alimentée par un flux constant de nouvelles images, de nouveaux messages.

Face à tous ces stimuli, notre cerveau risque de s’y perdre. Cet environnement nous rend tellement nerveux que nous nous exposons davantage à des situations de stress. Dans certains cas, c’est le burn out assuré. »

Avec passion et dynamisme

Les indépendants sont eux aussi souvent concernés par le stress. Le stress va même de pair avec l’esprit d’entreprendre. En tant que CEO de la Banque J.Van Breda & C°, Dirk Wouters est régulièrement exposé à l’énergie positive et au stress de ses clients.

« Je suis ravi d’avoir pu faire de mon hobby un métier ! » lui disent souvent ces entrepreneurs et titulaires de professions libérales. Dans leur yeux, on voit briller la passion et l’enthousiasme.

Dirk Wouters : « Ces personnes se lèvent chaque matin, animées par leur passion pour leur métier. Elles ont expressément choisi la vie d’indépendant et l’autonomie qui l’accompagne. Ce choix, elles l’ont fait en toute sincérité, mais elles doivent aussi composer avec les tensions et les tracas.

Le stress positif donne envie de se dépasser professionnellement et de donner le meilleur de soimême. Il est nécessaire.

A condition toutefois de trouver le juste équilibre entre les sphères privée et professionnelle. Si cet équilibre est absent, il y a un gros risque que le stress négatif pointe le bout de son nez. »

Luc Swinnen: « Pour rester debout, il faut garder l’équilibre. C’est là que le bât blesse : les titulaires de professions libérales sont particulièrement résistants, ils sont capables de surmonter le stress et les contretemps. Les obstacles qui se dressent sur leur route ne les empêchent pas de garder le cap. Il y a cependant un revers à la médaille. Une telle résistance peut nous faire repousser nos limites, jusqu’à aller trop loin. »

Équilibre entre vie professionnelle et vie privée

Dirk Wouters : « L’équilibre mental est évidemment primordial. Il faut pouvoir trouver le juste milieu entre vie professionnelle et vie privée.

Ceci dit, l’équilibre financier est aussi une source d’apaisement. S’il n’est pas bon de se concentrer exclusivement sur son entreprise ou son cabinet, il n’est pas davantage conseillé de rassembler tout son patrimoine dans cette même entreprise ou ce cabinet. L’excès nuit en tout. Je conçois tout à fait que les indépendants, poussés par leur passion pour leur activité, aient envie de consacrer toutes leurs ressources à leur société, d’y investir un maximum et de la faire croître.

Mais garder tout son patrimoine dans sa société, c’est courir le risque de perdre pied. »

LE STRESS CHEZ LES INDÉPENDANTS

65% souffrent de stress
31% ne sont pas satisfaits de la répartition de leur temps entre vie professionnelle et vie privée
75% ne se détendent pas assez
81% trouvent que leur travail est pesant sur le plan émotionnel
39% estiment ne pas recevoir assez de soutien

(Source : test consacré au stress, organisé à l’initiative du Syndicat Neutre pour Indépendants)
Dirk Wouters : « S’il n’est pas bon de se concentrer exclusivement sur son cabinet, il n’est pas davantage conseillé de rassembler tout son patrimoine dans ce même cabinet. »
Bienvenue dans le monde VUCA

Nous vivons dans une société en constante mutation. Un univers régi par l’incertitude et la complexité, dans lequel il n’est pas toujours facile de voir clair. C’est le monde VUCA.

VUCA, cela signifie :
• Volatility (volatil, changeant et dynamique)
• Uncertainty (incertain et
imprévisible)
• Complexity (compliqué et
déroutant)
• Ambiguity (vague et peu clair)
Luc Swinnen : « Les professions libérales sont particulièrement résistantes et cette résistance peut leur faire repousser les limites, jusqu’à aller trop loin. »


Il est indispensable de se détendre


Luc Swinnen : « En soi, le stress est un phénomène positif. Darwin le disait déjà à l’époque. Le stress invite au changement et à l’introspection. C’est la base de sa théorie “survival of the fittest” : ceux qui s’adaptent le plus rapidement aux changements de leur environnement sont ceux qui survivront.

Hélas, dans notre monde VUCA, les changements se succèdent à un rythme tel que le mécanisme du stress risque d’y perdre son image positive. Il suffit de voir comment se déroule une journée type. A peine le réveil a-t-il sonné que l’on doit sauter sous la douche. Stress. On engloutit vite son petit-déjeuner pour ne pas perdre de temps. Stress. On se précipite dans sa voiture pour atterrir dans les embouteillages. Stress. On arrive en retard au travail. Stress. La boîte mail est pleine, les urgences se succèdent. Stress. Et on n’a même pas atteint la moitié de la journée. Tous ces petits moments de stress s’accumulent, jour après jour.

En tant que consultant en entreprise, je mesure depuis plus de 20 ans le niveau de stress et les émotions, au travail et en privé. Il en ressort que la plupart des gens ne se détendent que deux petites heures par weekend. Le samedi, on prépare souvent activement la semaine suivante, et on accompagne ses enfants à une kyrielle d’activités. Le dimanche, on se repose un peu. Mais le soir, on pense déjà à son travail.

Ce manque criant de repos peut conduire à un stress chronique. Et le stress de longue durée mène droit vers le burn out. Plus moyen de récupérer, de se détendre. on a épuisé sa réserve d’énergie. »

Luc Swinnen : « La plupart des gens ne se détendent que deux petites heures par weekend. Ce manque criant de repos peut mener à un stress chronique. »

L’importance de l’autonomie

Luc Swinnen : « L’autonomie est le mot clé si l’on veut éviter le stress au niveau professionnel. Nous devons pouvoir prendre nos décisions de façon autonome. Si l’environnement professionnel ne le permet pas, on va droit vers le stress et le burn out. Cela se vérifie tout particulièrement pour les titulaires de professions libérales, car ils ont souvent fait le choix de devenir indépendants par besoin d’autonomie.

Autre facteur important pour éviter le stress et le burn out : les affinités. Je pense surtout à la possibilité de collaborer avec des personnes agréables, avec lesquelles on se sent bien en tant que profession libérale. Il est important d’avoir un sentiment d’appartenance.

Enfin, la sincérité joue un rôle crucial dans la lutte contre le stress et le burn out. Vous devez pouvoir compter aveuglément sur vos collaborateurs et le reste de votre équipe. En toute transparence, en toute honnêteté.

Si l’un de ces aspects vient à manquer, le stress prendra vite le dessus. »

Savoir dire ‘non’ à temps

Dirk Wouters: « En tant qu’employeur, nous accordons évidemment beaucoup d’importance au niveau de stress sur le lieu de travail. Je suis un fervent défenseur de l’autonomie. Cette autonomie, nous l’accordons en toute confiance à nos collaborateurs.

Mais il est également de notre responsabilité de protéger certains employés contre eux-mêmes.

J’estime que nos collaborateurs doivent mettre tous leurs efforts au service de nos clients pendant leurs heures de travail. C’est exigeant. Mais les vacances sont les vacances, elles sont faites pour déconnecter. Pendant ces périodes de repos, je ne lis pas mes e-mails professionnels. Si je remarque que l’un de mes collaborateurs le fait, j’en parle personnellement avec lui/elle. Il est nécessaire de s’accorder de temps à autre une période de repos, pour recharger ses batteries. Cette vision fait partie intégrante de notre culture d’entreprise. »

Luc Swinnen : « Je suis heureux de l’entendre. Toutes les entreprises ne suivent pas le même exemple. Dans certaines, on n’arrête jamais de travailler. Y compris pendant les weekends et les vacances. Vouloir se rendre disponible en toutes circonstances, c’est le burn out assuré.

30 pourcent de la population active travaille pendant les vacances, une à deux heures par jour. 60 pourcent souffre de stress mais considère que « cela fait partie du job ». Environ 15 à 20 pourcent se retrouve tôt ou tard en burn out. Face à de tels chiffres, nous devons rester plus que jamais vigilants. »

Luc Swinnen : « Vouloir se rendre disponible en toutes circonstances, c’est le burn out assuré »

 

 

DETECTEZ LE STRESS A TEMPS

Luc Swinnen: « En tant que profession libérale, il est important de pouvoir reconnaître les signaux d’alarme du stress. Chez vous, mais aussi chez vos collaborateurs. On travaille mieux et on est plus efficace quand on parvient à gérer son stress.

Quels signaux faut-il détecter ?

Douleurs physiques :
Le corps est le premier à tirer la sonnette d’alarme. On voit apparaître des symptômes de stress tels que les maux de tête, les troubles du sommeil, des vertiges, des douleurs dans le cou et la nuque, des maux de dos, une sensation oppressante dans la poitrine et la région du coeur.

Problèmes émotionnels :
Les tâches ne sont plus effectuées correctement. La personne affectée devient susceptible, agressive, émotionnellement instable.

Troubles mentaux :
La personne qui souffre de stress commet des erreurs. Cela irrite ses collaborateurs, qui reprennent ses tâches. La personne se retrouve ainsi isolée. Elle est distraite, multiplie les oublis, a des problèmes de concentration et ne parvient plus à prendre de décisions.

Changement de comportement :
On observe un net changement dans le comportement au quotidien. La personne sujette au stress perd toute motivation pour son travail. Elle est cynique et négative vis-àvis du travail, de ses collègues et de ses amis. Elle s’isole de plus en plus. »

vendredi 10 mai 2019