test

Transmission d’entreprise familiale : 3 pièges à éviter

Après vous être investi dans votre entreprise, vous aurez du mal à vous en séparer. Rien de plus normal quand on travaille avec passion et sans compter ses heures.

Vous souhaitez transmettre votre activité de la meilleure façon possible, en douceur ? Voici 3 pièges à éviter.

1. L’illusion qu’un bon contrat est suffisant.
Le processus de transmission est plus que des mots couchés sur le papier, l’aspect humain est primordial.

Un contrat clair évite bien des malentendus, mais il ne remplace pas la bonne compréhension et le respect mutuel nécessaires au bon déroulement du transfert. Toutes les parties doivent pouvoir se retrouver dans le contrat, y compris les membres de la famille qui n’entrent pas dans l’entreprise. Vous devez être à l’écoute de tous et faire preuve de flexibilité. Le temps où vous étiez seul à prendre les décisions est révolu dès le moment où vous envisagez de transférer l’entreprise familiale.

2. Savoir lâcher prise.
Le transfert de l’entreprise familiale comporte deux volets : le transfert de pouvoir et le transfert de propriété. Les deux transferts ne doivent pas forcément coïncider, mais constituent des moments charnières. Pour vous, ces moments sont souvent remplis d’émotion. Avant de franchir une de ces étapes, vous devez avoir pris des accords clairs avec votre successeur. Si vous lui confiez la direction, mais revendiquez tout le pouvoir en tant que propriétaire, vous faites obstacle à un transfert en douceur.

Vous pouvez jouer les coaches ou mentors et continuer à accompagner votre successeur après le transfert, mais ce dernier doit pouvoir prendre ses propres décisions en toute liberté. Au moment convenu, vous passerez définitivement les rênes et prendrez efficacement vos distances avec l’entreprise.

3. Le volet fiscal n’est pas l’essence.

Bien sûr, un transfert d’entreprise comporte également un aspect financier: il s'agit généralement de sommes d'argent importantes.
L’optimisation fiscale n’est cependant pas un objectif en soi, mais une volonté de faire en sorte que l’organisation du transfert et de la nouvelle administration soit la plus avantageuse possible sur le plan fiscal. Il faut toujours tenir compte de la disposition anti-abus et donc veiller à ce que chaque décision ou construction soit économiquement justifiée.

La transmission de votre entreprise est une phase clé de votre vie et de votre entreprise. Un avis externe vous aide à poser les bonnes questions.
Les réponses à ces questions, vous devrez y répondre.

mardi 17 octobre 2017