test

Passer de l’indépendant audicieux à l’associé épanoui

Associations et sociétés

Les associations ont le vent en poupe et les solistes se font de plus en plus rares.

S’il est important de partager les mêmes valeurs et motivations pour démarrer une bonne collaboration, il convient également d’être attentif aux aspects juridiques et financiers.

Ne laissez rien au hasard

Tout commence par des objectifs communs et une même vision de l’avenir. Abordez les attentes de chacun. Il est essentiel de partager les mêmes valeurs. Assurez-vous que vous avez la même philosophie avant de passer aux aspects pratiques. La stratégie passe avant la structure.

L’aspect humain est également primordial dans une association. 

Par exemple : Si l’un des partenaires pense diminuer son temps de travail à terme, il est bon d’en parler aux autres parties dès le départ. Cette information prendra toute son importance quand sera venu le temps de discuter des revenus et investissements. 

Mieux vaut prévenir que guérir

Une association n’est pas statique. Imaginez dès le départ différents scénarios. Que se passera-t-il si quelqu’un décide de sortir de l’association ? Si un nouveau collaborateur souhaite la rejoindre ? Si vous mettez fin à l’association ? En envisageant tous les
cas de figure d’entrée de jeu, vous éviterez des discussions difficiles par la suite.

Gardez une trace écrite de tout ce qui a été convenu entre vous, même si vous connaissez votre associé(e) comme vos proches. La répartition des tâches, les responsabilités de chacun, la gestion quotidienne du travail sont autant de choses qui doivent figurer noir sur blanc dans le contrat d’association. Pas uniquement la répartition des revenus.

Quelle association choisir ?
Tout dépend de vos frais et revenus

Trois types d’association existent, en fonction de la répartition des frais et revenus :

  1. Les revenus sont mis en commun et, une fois les frais déduits, distribués selon une clé de répartition prédéfinie.
  2. Les frais sont mis en commun, mais pas les revenus. Les frais sont ensuite répercutés sur chaque membre de l’association.
  3. L’un des membres de l’association endosse seul tous les frais, puis les répercute sur les autres membres. Le contrat d’association détermine la façon dont ce calcul se fait.

Votre conseiller juridique vous aidera à choisir la forme d’association qui vous convient le mieux. Cet expert vous guidera aussi pour écrire votre contrat d’association. 

Notez que ce choix n’est pas uniquement juridique, il a aussi des implications fiscales. On n’y pense pas toujours mais le type d’association a aussi des implications au niveau de la TVA.

La société : une formule optimale ?

Constituer une société n’est pas un but en soi. C’est peut-être la solution optimale pour votre association, mais cela dépend d’un certain nombre de variables. Chaque situation est différente.

Fonder une société peut se révéler avantageux pour votre association, mais aussi pour vous, à titre personnel. Une société peut en effet constituer un important levier pour le développement de votre patrimoine personnel.

Il est en tout cas plus complexe de travailler en société qu’avec le statut de personne physique. Il faut bien comprendre l’interaction entre votre patrimoine personnel, en tant que personne physique, et celui de votre société. Vous devez également respecter les règles fiscales, légales et déontologiques.