test

Transmissions et cessions

Passer de « je me lance » à « je transmets »

Jour après jour, vous mettez votre passion et vos connaissances au service de votre entreprise afin d’assurer son avenir. Il arrive un moment où vous pensez au prochain chapitre de votre vie, celui qui s’ouvrira une fois que vous aurez mis un terme à votre carrière professionnelle.

 

 

 

 

 

CONSEIL 1

Commencez suffisamment tôt à préparer le transfert
de votre entreprise

Le principal facteur de réussite du transfert d’une entreprise familiale est le temps. Plus un transfert sera bouclé rapidement, plus les problèmes rencontrés et les susceptibilités froissées risquent d’être importants. 

Nous savons par expérience que le trajet complet d’une succession familiale dure en moyenne entre 4 et 7 ans. La vente d’une entreprise nécessite elle aussi une préparation minutieuse. Il faut en l’occurrence prévoir au moins 3 ans.

 

Principes clés
  • Délai suffisant
  • Communication franche
  • Vision claire
  • Objectivation
  • Priorité à l’intérêt de l’entreprise
  • Vision à long terme partagée du propriétaire

 

CONSEIL 2

Portez un regard objectif sur votre entreprise 

Le transfert de votre entreprise est un processus émotionnel. Vous vous séparez de votre bébé. Il est tout simplement humain de ne pas toujours porter un regard aussi rationnel sur tous les aspects de votre entreprise.

Vos propres enfants sont-ils intéressés à continuer à diriger votre entreprise ? Ont-ils les capacités intrinsèques pour le faire ? Il n’est pas toujours simple de répondre objectivement à ces questions, mais il est pourtant crucial de le faire en vue d’un transfert réussi ! La vente de l’entreprise est de moins en moins considérée comme un plan B par rapport à la transmission familiale, et plus en plus comme une alternative à part entière.

Nous vous conseillons de l’envisager objectivement en tant que telle. Le transfert peut également être progressif, le cas échéant, via un management buy-in ou buy-out (MBI / MBO).

 

Il est préférable de vous poser les questions suivantes avant d’entamer la procédure de transmission ou de vente
  1. Mon entreprise a-t-elle un avenir ?
  2. Mon entreprise est-elle rentable ?
  3. Mon entreprise n’est-elle pas totalement dépendante de moi ?
  4. Mon entreprise est-elle suffisamment attrayante dans son ensemble ou dispose-t-elle d’actifs attrayants ?
  5. La structure de mon entreprise n’est-elle pas trop lourde ? Est-il préférable de séparer l’exploitation, les infrastructures industrielles et commerciales et les liquidités excédentaires ?


Commencez par répondre à ces questions depuis votre point de vue de cédant et assurez-vous ensuite d’y répondre depuis le point de vue du repreneur. Cela offre généralement une perspective supplémentaire intéressante.

Analyse SWOT

Une analyse SWOT sera de préférence réalisée avec les personnes clés de l’entreprise qui, depuis leur propre perspective, évaluent l’entreprise et son environnement sous tous ses aspects. Au besoin, un conseiller externe peut vous aider.

 



CONSEIL 3

Valorisez votre entreprise de manière professionnelle

La valorisation d’une petite ou moyenne entreprise n’est pas un exercice évident. Vous pouvez, et c’est même préférable, procéder de différentes manières et comparer les résultats.

Chaque méthode a ses caractéristiques et sa valeur ajoutée spécifiques. Si vous procédez correctement, les différentes valorisations obtenues seront proches. Si toutefois il devait y avoir des différences significatives, vous devez vous intéresser de plus près aux raisons sous-jacentes de ces différences. Pouvez-vous les expliquer et, si oui, doivent-elles être « neutralisées » ?

 

 

CONSEIL 4

Préparez-vous à une nouvelle carrière

Transférer son entreprise, c’est aussi souvent vendre sa passion. Nous savons par expérience que les entrepreneurs ont tendance à sous-estimer l’impact émotionnel d’un tel transfert. Avoir un projet concret pour après le transfert a souvent un effet libérateur. 

Une succession familiale comporte deux volets :

  1. le transfert de la direction de l’entreprise 
  2. le transfert de propriété

Les deux transferts ne doivent pas forcément coïncider, mais sont des moments charnières. Les accords peu clairs concernant les deux transferts font souvent obstacle à un transfert en douceur.

En tant que cédant, vous pouvez jouer (temporairement) un rôle de mentor ou de coach à l’égard de votre successeur, à condition de le laisser prendre ses propres décisions en toute liberté. Vous devez ensuite lui confier définitivement les commandes à une date dont vous aurez préalablement convenu.

Un retrait progressif du cédant (de la direction ou de la propriété de l’entreprise) peut parfaitement être combiné avec une prise de fonction progressive du successeur.

 

Lâchez prise
  • Rendez-vous utile
  • Assurez votre indépendance financière
  • Laissez le successeur prendre les décisions


CONSEIL 5

Discutez de toutes les options possibles avec toutes les parties

Efforcez-vous de faire des choix qui issus d’un « consensus familial ».

Transférer une entreprise familiale, ce n’est pas renoncer à un enfant, c’est avoir un petit-enfant !

Les enfants ne voient pas tous leur avenir dans l’entreprise familiale. À partir de la deuxième génération ou plus, il n’est parfois pas possible d’impliquer activement tous les enfants dans l’entreprise familiale. L’implication de chaque membre de la famille va au-delà de la répartition des parts.

Si plusieurs parties intègrent activement l’entreprise, chacune d’elles doit se sentir à l’aise par rapport à la stratégie future, à la décision de transfert et au rôle qu’il ou elle se voit confier.

Une communication franche et une concertation suffisante sont indispensables lors de tout transfert, de façon à ce que tout le monde puisse apprécier les avantages et les inconvénients d’un choix. C’est également la meilleure garantie d’éviter les conflits familiaux potentiels. En outre, il est important qu’il y ait un consensus familial à propos de la valeur de l’entreprise familiale.

 

Malentendus
  • Un bon contrat résout tout
  • Le cédant règle tout et décide de tout
  • La fiscalité est un but en soi au lieu d’être une condition annexe.

A présent que l’avenir stratégique de l’entreprise est connu, il est possible de réfléchir aux structures financières. Celles-ci sont en principe une conséquence logique des étapes précédentes et pas un objectif en soi.



CONSEIL 6

Élaborez un plan par étapes basé sur des actions à entreprendre et reposant sur des accords clairs 

 

CONSEIL 7

Optez pour un accompagnement professionnel

Le processus de reprise présente de multiples dimensions. Chaque dimension requiert des compétences différentes.

Il est essentiel que vous ayez et que vous gardiez une vue d’ensemble. Un expert de Van Breda Advisory vous accompagnera, avec une vision d'ensemble, tout au long du processus. Ceci vous donnera la distance nécessaire pour vous aider à faire les bons choix financiers et à suivre une stratégie de transfert claire.

La Banque J.Van Breda & C° a, en tant que partie indépendante, développé une méthodologie distincte pour ce trajet de suivi. Forts d’une longue expertise sur le marché des reprises et de notre volonté de nous adresser uniquement aux entrepreneurs et professions libérales, nous avons développé un vaste réseau de candidats-repreneurs et de médiateurs compétents. 

Notre expertise a également fait de nous un partenaire du Merger & Acquisition & Buyout Center van Vlerick Business School.